Journal intime d'un pyrénéiste

Journal intime d'un pyrénéiste
"l'aventure est un engagement de l'être tout entier et sait aller chercher dans les profondeurs ce qui est resté de meilleur et d'humain en nous...." Walter Bonatti

jeudi 9 novembre 2017

Rodin par Lindon (et par moi aussi!!!)

Un coup de cœur pour cette photo quand j'ai vu l'affiche du film à Barèges en descendant du ski au printemps dernier. Une précision et des détails hallucinants, et le regard de Lindon, saisissant  ....

J'avais attaqué il y a quelques mois avant d'abandonner devant les difficultés. Hier, à la faveur d'une journée de pluie et de neige, j'ai repris les crayons pour continuer. J'ai refait toute la barbe, poil par poil, et ce matin, grâce encore à une journée de repos, je continue.

A suivre






















mercredi 1 novembre 2017

refuge du Portillon

Refuge du Portillon avec des conditions parfaites. Du froid sec, du grand soleil, pas de vent et des paysages d'automne.
Une première là encore pour moi, UNE HERMINE CURIEUSE qui nous a suivi pendant 50m et qui s'est approchée à moins d'1 mètre!!!!... J'ai juste eu furtivement le temps de la prendre en photo.
Le Saussat ensuite, le glacier du Portillon, du Seuil de la Bacque, les 3000 du luchonnais et un univers à la fois minéral et lacustre...
Un avant gout du paradis. Comme quoi nul besoin de monter à 3000m ou de faire 2500m de déniv pour être bien....

















samedi 28 octobre 2017

Bernat Barrau, Pic Arrouy, Grand Barbat en boucle depuis Estaing

Alors celle-là je ne m'y attendais pas.
J'aime de temps à autres sortir seul. J'ai mis du temps avant d'en arriver là, mais la liberté que ça procure n'a pas d'égal. On va à son rythme, on a des comptes à rendre à personne, on peut laisser parler ses envies...

Alors aujourd’hui , par défaut d'abord , car je n'avais trouvé personne, et puis par plaisir, je me suis bougé.
J'avais dans la tête d'aller repérer une sortie ski de rando dans un coin que je ne connaissais pas, le versant Nord du Pic de Bernat Barrau.
Départ à 8h10 du lac d'Estaing direction le lac du Plaa du Prat. Indiqué en 2h30 je mets un heure pour l'atteindre en prenant le temps de photographier le lever du jour et quelques isards que je lève.
Direction ensuite le lac Nère et vers 1850m je prends le vallon de droite. Je monte facilement en suivant des cairns qui filent sur la droite. Je sais que ça n'est pas la bonne direction mais je me dis que c'est pour éviter des barres... Quand j'arrive au lac Noir je m'aperçois de mon erreur et deviens fou. Je me suis fait avoir comme un bleu...
Je file le long d'une ligne de niveau à 2150m avant de retrouver les bons cairns. Ceux-ci conduisent au lac de Bernat Barrau.
Je vise ensuite le col avant de filer vers le sommet. Le versant Nord est enneigé et je préfère cramponner. A 11h10 je suis au sommet du Bernat Barrau.
Là revigoré après le plantage je décide de faire une boucle que j'avais repéré. Viser le lac de Bassia, puis aller au lac du Pourtet et rejoindre le lac Nère par une brèche à 2606m.
Au lac de Bassia donc je coupe direction NE pour arriver au dessus du lac du Pourtet que je contourne par le Nord. Là je vois le col du Pourtet à 2630 m ( altitude corrigée) et le pic Arrouy 150m plus haut.
J'ai de bonnes jambes et décide de faire aussi le pic. Vers 12h45 je suis au sommet du Pic Arrouy.
Je redescends à 2570m puis atteint le col à 2630m. La descente d'abord sur le lac Long puis sur le lac du Pic Arrouy est évidente.
Là je n'en ai pas encore assez et décide de monter à la brèche du Barbat. Après tout ça sera moins long par là et le Grand Barbat je ne l'ai fait que deux fois.
Brèche du Barbat et j'aperçois ce qui de loin ressemble à un isard. C'est en fait un bouquetin et il y a même toute une harde.
Il sont curieux et peu sauvages. On s'observe longuement et je vais même jusqu'à les contourner pour avoir la lumière dans le dos. Ils ne bougent pas et c'est une scène surréaliste. Je n'en reviens pas, ils sont à moins de 10m. En 15 ans de montagne c'est la première fois que je vois ça... J'HALLUCINE.
J'atteins finalement le sommet où je rejoins un groupe de cafistes d'Angoulème, très sympas.

Descente ensuite très longue dans le vallon du Barbat. Je n'avais pas prévu d'enchainer trois sommets et j'ai mal géré mon eau. Mais au final j'arrive en trottinant à la voiture à 16h55 après une journée EXCEPTIONNELLE qui restera à jamais dans ma mémoire