Journal intime d'un pyrénéiste

Journal intime d'un pyrénéiste
"l'aventure est un engagement de l'être tout entier et sait aller chercher dans les profondeurs ce qui est resté de meilleur et d'humain en nous...." Walter Bonatti

dimanche 17 juin 2012

Traversée Tapou-Pique Longue du Vignemale par la crête intégrale

En montagne, il y a les ballades, des petites sorties sympas avec un  lac et un sommet; en montagne, il y a aussi les bavantes, les grandes courses avec du dénivelée dont on se souvient mais pas forcément qu'en bien, et puis il y a les classiques, des voies ouvertes par les grands Pyrénéistes, qui par leur beauté, au niveau du cadre ou de la grimpe , restent en mémoire. Des courses connues, classées mais fréquentées et c'est leur défaut. Mais en montagne il y a enfin les courses comme ce vendredi qui ont l'avantage de ne pas être encore classiques, donc délaissées, mais qui offrent un paysage somptueux, de l'ambiance très haute montagne, une grimpe esthétique et la satisfaction d'une grande course avec une ribambelle de sommets à la clé.
Des courses comme on n'en fait pas tous les ans et qu'on voudrait garder pour soi, d'autant plus appréciée qu'elle fut inattendue. Une surprise et quelle surprise...

On attaque donc la course du barrage d'Ossoue vers 7H15. Lionel m'a parlé de la crête Tapou-Cerbillona et en bon naïf j'ai pensé jusqu'au dernier moment qu'on attaquerai la dite crête au sommet qu'on atteindrai par la VN. Mais non... On part donc en suivant la voie Normale du Vignemale mais juste au dessus de la cascade , vers 2000m, au départ de la crête on pique à gauche. Au départ ce sont des pelouses herbeuses avec un peu de rocher. C'est raide mais ça monte bien, très bien. Lionel est très en forme et attaque pied au plancher, si bien que moi, derrière j'ai du mal à suivre!!! Vers 2200m les pelouses laissent place à une dalle calcaire qui se redresse. Premiers pas d'escalade de la journée, pas les derniers. Je prends à gauche, qui n'est pas l'option la plus facile . Puis on arrive à un replat à 2457m. On retrouve ensuite les dalles calcaires que l'on remonte jusqu'à 2700m avant d'atteindre une zone de schistes rouges puis un replat vers 2750m. Là les choses sérieuses vont pouvoir commencer.

Après un premier ressaut qui peut s'éviter en passant sous un bloc (branlant), on atteint un gros bloc qu'il faut escalader. C'est du III mais du III très expo. Après ce pas on arrive sur la crête faîtière. C'est raide, et bien gazeux , mais sans difficulté technique particulière. L'attention est quand même de mise car la chute est interdite. Vers 2850m après cette partie bien raide on retrouve une crête plus large qui nous amène sans problème au sommet du Tapou à 3150M. Il est 10H20 on a bien avancé!!!

Petite pause au Tapou avant de repartir. La descente vers la brèche est délicate mais passe bien. Mais cette dernière est recouverte d'un névé déversant vers l'Est sans droit à l'erreur. On tire la première longueur au pied de la brèche en évitant juste les premiers rochers déversants. Le premier pas est un peu sportif mais passe bien!
La suite se déroule sur les pentes Est du Montferrat, à flanc en suivant quelques vires. Sous le sommet on remonte sur un rocher toujours pourri , avant d'accéder au sommet par une brèche. Il est 11h10.

Le reste de la course s’apparente plus à de la rando. Du sommet du Montferrat on rejoint un sentier versant glacier d'Ossoue juste sous la crête. Celui nous amène sans difficulté jusqu'aux dalles de Labassa, plus impressionnantes de loin que dures à passer, puis au sommet du pic Central. Le Cerbillona s'atteint dans la foulée en 10mn de plus. Il est à peine 12H05 et on a fini la crête prévue initialement mais on a encore faim!!!!

Plus loin le Clot de la Hount et la Pique Longue pour compléter la série, sans trop d'hésitation on se lance à leur assaut. 10mn plus tard on est au Clot de la Hount, puis après une petite désescalade et une traversée sur un névé déversant on arrive à la brèche entre le Clot et a Pique Longue. Le Vignemale n'est alors plus qu'à une portée de mètres de nous... A 12H40 le dernier des 6 "3000" est atteint QUELLE COURSE!!

Pause déjeuner au sommet avant de décoller vers 13H15 . Descente ensuite par le VN du Vingnemale pour rejoindre la voiture vers 15H30 après une course qui restera dans les mémoires.

Une sortie comme on en fait que rarement, pas difficile mais dans une ambiance Haute Montagne à couper le souffle. Un MUST

Félicitation à Lionel qui a trouvé cette course formidable et qui à 57ans , à réussi à tenir un train d'enfer (et à le mener!)!!!


PS: N'oublions pas que la montagne tue encore. Hier sous les yeux de Killian Jornet et de deux autres trailers, Stéphane Brosse est décédé suite à une rupture de corniche dans les Alpes...  une pensée pour lui et pour tous ceux qui sont morts pour leur passion

































4 commentaires:

  1. C'est impressionnant! Je n'ai fait que le Vignemale mais ça me rappelle les paysages!

    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    cette traversée est fascinante !
    je l'envisage cet été également. Par contre j'envisageais bien de gravir le Tapou par sa voie normale.
    Mais cette ascension directe par l'arête est tentante!!!!
    Vous êtes-vous encordés? Cette ascension est elle du même niveau de difficulté (AD-) que la traversée des Aiguilles du Tapou au Monferrat ou plus dure et plus exposée?
    Pouvez-vous me tracer cette arête sur fond IGN pour avoir une idée précise du cheminement et surtout du point de départ?
    Merci par avance
    Nicolas
    nicolas.darmaillacq@gmail.com

    RépondreSupprimer
  3. Salut Nicolas
    La Traversée ne présente pas de difficulté. Il y a un passage de III+ sur 15m environ un peu expo vers 2800m sinon des dalles plus ou moins inclinées avant. La course est cotée AD- aussi et je trouve que vraiment ça lui rajoute du "cachet" . J'essaye de vous faire le fond, il apparaitra en dernière photo. Sinon vous pouvez me contacter par mail: laurent.pezet@laposte.net
    Au plaisir

    RépondreSupprimer